jeudi, 21 novembre 2019

Exemples

Petite fille de 10 mois

Plainte : Réveils nocturnes à partir de minuits.

Recherche de thérapie en vain:
-homéopathie
-Génothérapie
-Travail transgénérationnel
-Variation  alimentaires
-Rituel du coucher
-Laisser pleurer
-Urgence pédiatrique, bonne santé
-Étiopathe
-Ostéopathie
-Veilleuse
-Essayer de dormir avec quelqu'un

Diagnostic : Insomnie de conditionnement à l'endormissement doublée d'habitude alimentaire accentuant les réveils dans des rythmes assez irréguliers.

Étape OBSERVER : Agenda du sommeil

Étape APPLIQUER : Agenda du sommeil

Lettre des parents :

"Bonjour Docteur,
Merci de prendre de nos nouvelles. Le jour qui a suivi notre dernier rendez-vous, la maman a expliqué à XXX ce qui allait se passer lorsqu'elle allait se réveiller la nuit, on a cadré ses journées (repas, siestes...) et depuis... XXX fait ses nuits !
On voulait commencer cette méthode le week end qui suivait notre rendez vous, mais au final, nous ne vous avons pas envoyer notre ""plan d'action"" parce que les choses se sont passer naturellement.
Il lui ai arrivé depuis de se réveiller une fois ou deux, mais rien à voir avec avant. Quant au timing, vous aviez vu juste, il ne fallait pas s'y prendre beaucoup plus tard, parce qu'on constate que depuis 2 jours XXX commence sa période du ""non"" en rejetant la nourriture non-sucrée (elle a eu 1 an le week end dernier).

Après un mois d'essai, on est vraiment content de XXX , on est plus reposé et soulager. On est conscient que cette méthode est un vrai travail qui doit se poursuivre pour qu'il s'inscrive dans le temps, mais nous tenions à vous remercier pour tous les conseils que vous nous avez apporté. Notre entourage a également constater notre meilleure mine, et nous ne manquons pas de parler de vous et de vos services. Encore merci pour votre aide, et même si on devrait se souhaiter de ne pas se revoir, on saura qui contacter en cas de besoin. bien à vous."

Petit garcon de 6 mois

Étape OBSERVER : Agenda du sommeil

 

Étape APPLIQUER : Agenda du sommeil

Efficace ?

L'académie américaine de la médecine du sommeil a revu 52 études publiées sur le sujet. 94% d’entre elles montrent des améliorations significatives pour les endormissements et une réductions des réveils nocturnes. Le sommeil a été amélioré chez 80% des jeunes enfants. Le sommeil de l'enfant s'améliore, l'enfant est plus calme la journée et les parents retrouve un sommeil plus continue et des soirées plus calmes.

Lectures :

  • -Adams LA, Rickert VI. Reducing bedtime tantrums: comparison between positive routines and graduated extinction. Pediatrics1989 ; 84(5) : 756–61.
  • -Blunden SL, Thompson KR, Dawson D. Behavioural sleep treatments and night time crying in infants: Challenging the status quo. Sleep medicine reviews2011 ; 15(5) : 1–8
  • -Burke R V., Kuhn BR, Peterson JL. Brief report: a "storybook" ending to children's bedtime problems--the use of a rewarding social story to reduce bedtime resistance and frequent night waking. Journal of Pediatric Psychology2004 ; 29(5) : 389–96.
  • -France KG, Hudson SM. Behavior management of infant sleep disturbance. Journal of Applied Behavior Analysis1990 ; 23(1) : 91–8.
  • -Freeman K. Treating Bedtime Resistance with the Bedtime Pass: A Systematic Replication and Component Analysis with 3-Year-Olds. Journal of Applied Behavior Analysis 2006 ; 39(4) : 423–8.-
  • -Minde K, Faucon A, Falkner S. Sleep problems in toddlers: effects of treatment on their daytime behavior. Journal of the American Academy of Child and AdolescentPsychiatry1994 ; 33(8) : 1114–21.
  • -Mindell JA, Kuhn B, Lewin DS, Meltzer LJ, Sadeh A. Behavioral treatment of bedtime problems and night wakings in infants and young children. Sleep2006 ; 29(10) : 1263–76.
  • -Montgomery P. The relative efficacy of two brief treatments for sleep problems in young learning disabled (mentally retarded) children: a randomised controlled trial. Archives of Disease in Childhood2004 ; 89(2) : 125–30.
  • -Morgenthaler TI, Owens J, Alessi C, et al. Practice parameters for behavioral treatment of bedtime problems and night wakings in infants and young children. Sleep2006 ; 29(10) : 1277–81.
  • -Reid MJ, Walter AL, Leary SGO. Treatment of Young Children  ’ s Bedtime Refusal and Nighttime Wakings : A Comparison of “ Standard ” and Graduated Ignoring Procedures. Journal of abnormal child psychology1999 ; 27(1) : 5–16.

Nos resultats

Résultats de l'exercice l'année scolaire 2014-2015, sur un échantillon de 111 enfants.

 

Un grand merci à tous les parents qui nous font confiance.

Témoignage n°1:
Depuis qu'il avait 5 mois, mon fils pleurait en dormant, sans vraiment se réveiller, et avait besoin de sentir notre présence pour se rendormir (parfois il suffisait qu'on passe le seuil de sa porte, parfois il fallait lui mettre la main sur la joue, ou alors lui redonner son doudou et sa sucette). Il nous arrivait de devoir nous lever toutes les 20 minutes. Nous étions épuisés et craignions également que son sommeil ne soit pas suffisamment réparateur du fait de ces semi-réveils nocturnes. Il arrivait aussi qu'il se réveille et reste éveillé pendant 1h30, sans possibilité pour nous de le rendormir. Je précise qu'il dormait dans sa chambre et que ça avait toujours été le cas, dès le retour de la maternité. Lorsqu'il a eu 8 mois, nous avions décidé de demander de l'aide à des professionnels et avons entendu parler du service de pathologie du sommeil de l'hopital HFME à Lyon, qui nous a oritenté vers Dormium. On nous a posé beaucoup de questions sur notre fils, afin de déterminer si le problème était pathologique ou simplement comportemental; Une chance pour nous, rien à signaler côté pathologique. On nous a alors expliqué que tous les enfants se réveillaient la nuit, mais que certains savaient se rendormir seuls et que d'autres, qui avait plus de caractère, avaient besoin qu'on les aide et donc pleuraient. C'étais la cas de notre petit garçon. Nous nous posions beaucoup de questions et cela nous a rassurés d'apprendre cela. Il existait donc une solution ! Et les clés étaient entre nos mains. Nous avons mis en place en douceur (progressivement en fait) la méthode que nous souhaitions appliquer, mais nous nous posions des questions quant à l'efficacité de la méthode des 5-10-15 car il se calmait toujours instantanément quand il nous voyait.   Un vendredi, vers 5h, après avoir passé la nuit à nous lever toutes les heures et à l'avoir gardé dans les bras de 23h à 0h30, il s'est réveillé à nouveau, en pleurant puis gazouillant, puis pleurant à nouveau. il voulait se lever ! Avec mon mari ça a été la goutte d'eau de trop, nous avons refusé de nous lever : il était hors de question que notre journée commence à 5h30. Nous l'avons donc laissé pleurer, pour voir combien de temps cela allait durer. Nous étions épuisés. Il a pleuré de 5h30 à 6h30, sans que nous allions le voir à un seul instant, et il s'est endormi vers 6h30.   Je ne travaille pas le vendredi après-midi, et au moment de le coucher pour la sieste à la maison, il s'est mis à pleurer. Il refusait d'aller au lit. Cela n'arrivait que rarement avant. J'ai décidé de faire comme le matin même, je lui ai expliqué que maintenant il fallait dormir. J'y suis retournée au bout de 10 minutes, il a continué à pleurer. J'y suis retournée à nouveau 15 minutes plus tard. Il pleurait encore. Finalement il aura mis 1h à compter du moment où je l'ai couché pour s'endormir.  La nuit du vendredi au samedi, il ne s'est pas réveillé une seule fois (ou peut-être que si, mais nous ne l'avons pas entendu!). Nous n'avons pas crié victoire, mais nous étions bien contents: ce n’était pas arrivé depuis 6 mois !   La nuit du samedi au dimanche, il s'est mis à discuter dans son lit vers 2h puis a commencé à pleurer. Il se calmait par intermittence, puis recommençait. Cela a duré jusqu'à 5h, soit 3h de pleurs dans la nuit. Dur ! Nous sommes allée le voir une fois, au bout de 2h, pour lui redonner sa tétine (qu'il avait jeté tellement loin qu'il ne l'aurait pas retrouvée seul!). A 5h il s'est rendormi.   La nuit du dimanche au lundi, il a discuté dans son lit pendant 2h, de 3h à 5h. Cela a fini par des pleurs mais il s'est endormi seul là encore, vers 5h. Nous y sommes là encore une seule fois, au bout d'une heure je crois.   Depuis, il lui arrive de râler ou de pleurer pendant la nuit, mais cela ne dure que quelques minutes, je dirais 3 maximum. J'avoue que nous ne regardons même plus l'heure. C'est devenu anecdotique, il pleure et se rendort. Cela nous réveille à peine. Il y a eu depuis une ou deux fois où nous sommes intervenus, mais plus parce que les pleurs nous faisaient penser à une douleur (une dent est en train de sortir!)   Après 6 mois de nuits entrecoupées toutes les heures, nous, parents, avons du mal à retrouver un rythme de sommeil réparateur et nous nous réveillons encore la nuit, nous en avons pris l'habitude. Mais nous sommes surpris, et heureux, que les nuits soient à nouveau calmes. Finalement cela ne nous aura coûté que 3 nuits difficiles! Et notre fille de 4 ans et demi nous a dit ne pas avoir entendu son frère pleurer pendant ces 3 longues nuits : incroyable! Un grand merci à vous, qui nous avez rassurés et beaucoup aidés à retrouver un sommeil et donc une vie S.E.R.E.I.N.E. ! " Merci encore ! Cordialement,

Témoignage n°2
Nous avançons dans la phase de "régulation" des rythmes de Maxence, et nous découvrons avec plaisir que nous n'aurons peut-être pas besoin d'en passer par la phase "hurlements en pleine nuit à faire digérer au voisinage".
En effet, l'horloge biologique de Maxence a l'air de se régler et les réveils se font désormais naturellement entre 6h30 et 6h45...tous les jours!
Quant aux siestes, nous respectons le principe d'un coucher au plus près possible du repas de midi, et un lever au plus tard à 16h (idem chez nounou).
Maxence ne dépasse ainsi plus les 2 heures de sieste, voire les 2h30 grand maximum mais cela reste rare.
Les couchers restent plus compliquées, dans le sens où Maxence garde l'habitude de s'agiter dans son lit après le rituel du coucher...Mais il ne pleure plus : il raconte ses journées, chante, tape sur les montants du lit...mais nous n'y allons plus. Au début, suite à vos conseils, nous avions décalé l'heure du coucher vers 21h30, puis nous avons avancé progressivement l'heure  du coucher, quart d'heure par quart d'heure.Le coucher a maintenant lieu entre 20h30 et 20h45...mais l'endormissement reste autour de 21h30 voire 22h...C'est mieux que 23h, même si j'avoue espérer un endormissement plus rapide.
Les éveils nocturnes se font bien plus rares en fréquence, et surtout en durée. Nous venons de vivre plusieurs nuits "non-stop" et Maxence se lève le matin, tout fier, en nous disant, je cite : "a vu papa, maman, Maxence a bien domi la nuit!"  Et je dois dire que nous n'en revenons pas nous-mêmes!
Pour ce qui est des parents, nous continuons de nous réveiller la nuit (surtout maman!) car nous devons nous aussi réapprendre à dormir d'une seule traite, mais nous sommes vraiment dans un état d'esprit tout autre aujourd'hui. Nous sommes sur la bonne voie, et devrions arriver à nous passer d'une autre consultation!
Merci encore pour tout : vos conseils bien sûr, l'absence de jugement, l'écoute et la prise en compte individualisée des problématiques. Bravo pour ce que vous et l'équipe de DORMIUM faites pour sauver le quotidien des familles!
Bien chaleureusement.

Témoignage n°3
Bonjour Docteur,
Merci pour votre suivi concernant Léana, Nous avons rempli le questionnaire, si vous avez besoin de précision, nous sommes à votre disposition.Nous sommes ravis de l'aide que vous nous avez apporté.
Léana dort beaucoup mieux (et nous avons redécouvert les bienfaits du sommeil). En général elle à un moment de réveil vers 5h00 mais on lui remet la sucette et elle redort jusque vers 6h30 avec même cette semaine des pointes jusqu'à 7h00 voire 7h30!!! (c'est arrivé qu'une fois).
Encore merci

Témoignage n°4
Bonsoir,  Suite à nos deux entretiens, nous avons mis en place la méthode des jetons (que nous avons appelé pour Timéo les points sur le calendrier). Nous avons adapté cette méthode à Timéo c'est-à-dire que nous sommes restés très terre à terre pas de smileys ou dessins que des points mis au feutre sur le calendrier avec lui après chaque réveil (si il le méritait !). Après de 6 nuits sans réveil ou  appels  de sa part…. Timéo n’a pas respecté les règles deux nuits consécutives d’où pas de points et de gros caprices car la récompense n’allait pas être obtenu le jour qu’il pensait. Mais une fois calmé, nous avons discuté avec lui de la situation et des règles pour avoir un point et donc la récompense. Au bout de 10 bonnes nuits la récompense est arrivée et nous avons refixé 10 nouvelles nuits pour une nouvelle récompense. Et là Timéo a été très surprenant 5 nuits très bien puis 1 nuit moins bien mais malgré ses cris nous n’avons pas cédé (nous ne sommes pas allé le voir) et il n’a pas eu de point. D’ailleurs, il l’avait bien compris et ne demandait pas son point le matin. Puis au bout de 3 autres nuits, il nous dit lors d’un petit déjeuner « bon c’est quand qu’on arrête les points ! », nous lui expliquons que nous pouvons mettre fin à la méthode dés qu’il le souhaite tant qu’il dort correctement. Pendant 4 dodos il dort bien et ne souhaite plus marquer ses points. Nous le laissons. Puis par lui-même il redemande à  mettre les points mais malgré le fait qu’il est dépassé les 10 bonnes nuits, il ne nous demande pas sa récompense…. Au fil des jours il dort, il fait des cauchemars, il lui arrive de se lèver mais se recouche seul quand il voit le noir dans la maison…. (comme tous les enfants). Et nous arrêtons la méthode. Nous souhaitons quand même le récompenser et le féliciter pour ses changements  de comportement : nous lui faisons la surprise et allons avec lui acheter des pots de peinture et repeignons sa chambre. Comme Timéo le dit si bien « ma chambre de grand garçon » ! Voilà ! Une chose aussi nous avons adapté les courriers du marchand de sable ! c’est Benjamin le médecin du dodo qui lui écrivait et les lettres arrivaient dans  la boite aux lettres. Tout simplement car pour Timéo le médecin du dodo était plus représentatif et qu’il adore recevoir des lettres.   Nous vous remercions pour vos conseils et espérons que vos interventions aiderons d’autres familles.

Témoignage n°5
Cher docteur
Nous avons donc suivi le plan d'actions que nous avions défini à partir du vendredi 01 mai.A savoir, mise en place de 3 tickets avant l endormissement puis plus de déplacement dans sa chambre durant la nuit.Après l avoir briefée évidemment .
Ca s'est très bien passé.
Elle n a jamais utilisé les 3 tickets (2 usages maxi) et maintenant on a réduit le nombre de tickets a 2 et plus de levé de notre part même si bien sur elle continue à se réveiller et pleurer légèrement.Mais elle se rendort toute seule ce qui était l'objectif.
On vous remercie chaleureusement pour vos précieux conseils et pour vos encouragements.
Merci